La section SLN du SOENC Nickel s’est mobilisée devant le gouvernement, à l’ordre du jour les exportations de minerais depuis Tiébaghi et Goro

La section SLN du SOENC Nickel s’est mobilisée devant le gouvernement, à l’ordre du jour les exportations de minerais depuis Tiébaghi et Goro

La section SLN du SOENC Nickel s’est mobilisée devant le gouvernement, à l’ordre du jour les exportations de minerais depuis Tiébaghi et Goro

Eddy COULON, responsable de la section syndicale de la SLN et Pierre TUITEALA, secrétaire général du SOENC Nickel ont mené la délégation du SOENC Nickel hier face au gouvernement.

En effet, ils souhaitaient faire entendre leurs voix et rappeler l’importance de l’exportation de minerai depuis les gisements de Tiébaghi et Goro.

Après une réunion de 45 minutes avec la délégation le gouvernement s’est rassemblé en réunion de collégialité.

Suite à la réunion, le gouvernement a autorisé l’exportation de minerai sur les deux réserves métallurgiques, a mis en place une redevance sur l’extraction et une taxe à l’exportation des produits miniers.

Pour le SOENC Nickel l’autorisation est une bonne nouvelle mais n’est pas suffisante.

« Nous avons estimé à six millions de tonnes les exportations nécessaires pour amener du cash et préserver l’usine de Doniambo. Les économies réalisées sur l’énergie, avec les exportations et la recherche de compétitivité n’ont pas atteint les niveaux escomptés et il nous manque toujours 1,5 milliard d’économies à réaliser »

Eddy COULON dans Les Nouvelles-Calédoniennes.

Télécharger l’Article LNC 1

Télécharger l’Article LNC 2 

Cependant, le gouvernement demande « plus de transparence et de bonne volonté aux deux industriels ».

Réaction de Pierre TUITEALA, secrétaire générale du SOENC Nickel face aux annonces du gouvernement concernant VALE qui « se cache derrière son bouclier fiscal pour échapper à la redevance d’extraction et la SLN qui « réclame le remboursement de près d’1 milliard de taxes superficiels alors que le dossier remonte à 10 ans ».

« On a plutôt l’impression qu’on n’arrête pas de nous faire tourner en bourrique, on nous ment depuis des années donc maintenant nous on dit ça suffit ! On vient d’apprendre des choses qu’on ne savait pas, on n’a même pas eu ces informations-là de la part de nos directions. Donc un moment il va falloir avoir de la transparence pour tout le monde.

Aujourd’hui on mouille le maillot en venant manifester, se mobiliser auprès du gouvernement pour avoir l’autorisation d’exportation et on s’aperçoit qu’il y a des choses encore cachées de la part de nos directions, que ce soit la SLN ou VALE »